Présentation de l’Osintosphère

Dans le cadre de la journée OSINT organisée récemment à l’IJBA, nous avons présenté plusieurs réalisations dont l’Osintosphère. Nous en donnons ici une présentation plus détaillée.

L’Osintosphère est un projet web qui représente sous forme de graphe les principaux acteurs de l’OSINT (Open Source Intelligence). Il s’agit d’un hyperdocument qui rend visibles les grandes figures du domaine ainsi que les relations qui existent entre elles. Non exhaustif, l’osintosphère sera néanmoins régulièrement mise à jour.

L’outil s’appuie sur le code de l’Otletosphère, une réalisation du programme de recherche HyperOtlet financé par l’ANR. Le logiciel en mode open source est désormais accessible sous le nom d’Opensphère. Il fait partie des outils disponibles au sein du GraphLab.

Le projet d’Osintosphère fait suite à un dossier spécial coordonné par Rayya Roumanos et Olivier Le Deuff pour la revue I2D. Le numéro est intégralement disponible sur Cairn.

Qu’est-ce que l’OSINT ?

L’OSINT désigne des méthodes et des techniques d’enquête à partir de ressources librement accessibles. Cette potentialité intéresse plusieurs professionnels :  les journalistes dans le cadre de ses investigations, les acteurs du droit pour la recevabilité des preuves, les professionnels de la finance, les veilleurs, les documentalistes, les hackers, les activistes ainsi que les services de renseignements et de cybersécurité.
Nous avons tenté d’en recenser plus de 200.

A quoi sert ce dispositif ?

L’Osintosphère est un hyperdocument qui permet de visualiser les acteurs du domaine et leurs éventuelles connexions. Ce travail reste un work in progress dédié à des fins de recherche et de pédagogie. Sans être exhaustif, il permet de mesurer l’ampleur du domaine et de repérer les principaux acteurs qui mériteraient d’être suivis, notamment sur Twitter.

Il est possible de circuler dans le graphe de plusieurs manières :

  • En cliquant sur les nœuds qui s’affichent pour avoir accès sur la fiche qui décrit alors l’acteur-réseau.
  • En cliquant sur les liens mentionnés dans la fiche latérale.
  • En utilisant le moteur de recherche pour retrouver une personne
  • En utilisant les filtres dans le bandeau supérieur pour n’afficher que les catégories souhaitées.
  • Il est aussi possible de sortir du mode graphe pour bénéficier d’un affichage sous forme alphabétique. Il suffit de cliquer sur le mode « fiches » dans le bandeau supérieur. Pour revenir au mode graphe, vous pouvez cliquer sur « Réseau ».

Développement du projet étape par étape

1. Le recueil de données

Les données récoltées viennent pour la plupart du réseau social Twitter qui recense un nombre important d’acteurs actifs sur les thématiques de l’OSINT. Les métadonnées Twitter permettent de renseigner plusieurs d’éléments (courte description, hashtags, followers, lieu d’habitation) et nous ont permis de réaliser un premier travail de description. Le nombre de followers et la régularité de l’activité autour des thématiques OSINT a été utilisé comme critère pour décider ou non de l’intégration à l’Osintosphère.

D’autres réseaux ont été utilisés pour ajouter des acteurs clefs, ou pour compléter les données déjà récoltées. Si plusieurs figures mentionnent sur leur compte leur employeur ou propose des liens vers leur blog, d’autres affichent très peu d’infirmation sur leur profil. Nous avons notamment utilisé Linkedin pour affiner certaines descriptions.

Nous précisions par ailleurs, qu’aucune donnée personnelle de type mail, adresse physique, adresse IP, numéro de tel, etc., ne figure dans la base et que nous avons respecté l’anonymat des personnes qui ne souhaitent pas dévoiler leur identité en ligne.

Les personnes figurant dans l’osintosphère peuvent également demander à ne pas y figurer en nous contactant. A l’inverse, il est possible de demander à l’être ou de signaler des manques via le formulaire dédié.

2. La structuration des métadonnées

La base de données, hébergée sur Google Sheets, est structurée d’après un schéma de métadonnées exprimé via les entêtes de colonnes. Chaque ligne représentant une entité. Un export est ensuite effectué en  format .json.

Les métadonnées ont été choisies et ordonnées afin de pouvoir subdiviser les acteurs en catégories. Nous avons retenu des catégories exclusives, c’est-à-dire chaque entité est classée dans une catégorie dominante. Elles sont également utilisées pour l’affichage final de la « fiche individuelle » de chaque entité avec un code couleur dédié.

Les catégories suivantes ont été retenues : journalisme, veille, renseignement, veille et formation, cyber, justice et droits de l’homme.

Les entités sont, par ailleurs, subdivisées selon leur nature. Il s’agit majoritairement des personnes, mais il est possible d’y trouver des ressources, des évènements ainsi que des institutions ou des organisations.

Un premier travail de repérage a été fait par les étudiants en DUT Information Numériques Dans Les Organisations dans le cadre d’un cours sur l’OSINT. Le travail a, par la suite, été poursuivi par Agathe Legrand durant son stage au sein du projet HyperOtlet.

L’intégration des données se poursuit désormais de façon régulière.

3. Les relations

Les relations sont hébergées dans le même tableur Google Sheets que les entités ordonnées par lignes : une ligne représente une relation.

Les liens entre les différents acteurs permettent d’obtenir la vue graphe et facilitent la visualisation des communautés. Nous avons essayé de préciser la nature de la relation qui s’affiche avec une infobulle.

Outre le travail de recensement des acteurs clefs, le travail de recensement des relations demeure long à produire. Il est donc très loin d’être finalisé. Il reste beaucoup de manques qui peuvent s’observer par les nombreuses entités isolées sur le graphe. Notre objectif des prochains mois réside justement sur l’enrichissement des relations.

Nous avons choisi aussi d’intégrer notre récente journée d’études sur le sujet parmi les évènements. Tous les participants y sont donc recensés et reliés à la journée. Beaucoup d’évènements ont lieu régulièrement dans le domaine, en présentiel ou en ligne. Il a été impossible de tous les recenser.

4. Choix de mise en forme

Une fois les relations établies, le but est d’assembler et de structurer toutes les données et informations afin d’aboutir à une visualisation simple et efficace . Les liens sont reliés par des nœuds reproduisant une constellation comme pour l’Otletosphère et de l’OpenDataSphère.

L’Osintosphère.https://hyperotlet.huma-num.fr/osintosphere/

Vers un Cosma ALGO J

Le projet AlgoJ prévoie plusieurs axes de développement dont un dédié à la mise en ligne d’une plateforme collaborative de ressources et d’outils à destination des journalistes et chercheurs. Au coeur de ce dispositif se trouve Cosma ALGOJ que nous vous présentons rapidement ici.

L’équipe travaille depuis plusieurs semaines à la réalisation d’un COSMA Algo J qui repose sur le récent logiciel développé par l’équipe du Graphlab. Issu des recherches menées dans le cadre d’HyperOtlet, le logiciel Cosma est né suite au développement de l’Otletosphère, le réseau social de Paul Otlet consultable sous forme de graphe. Il a pour but de réaliser des lexiques sous forme de fiches interreliées. Téléchargeable gratuitement et open source, il s’adresse à des publics très divers.

Vous retrouverez dans ce billet d’Arthur Perret, la genèse du projet COSMA, ses objectifs et les potentialités du logiciel. Vous pouvez également tester une application du dispositif Cosma à un glossaire des humanités numériques.

Dans le cadre du projet AlgoJ, nous avons lancé un travail de réalisation de fiches dédiées à la thématique algorithmique après un premier travail exploratoire d’Emma Rondot, stagiaire du projet HyperOtlet et étudiante en deuxième année de master à l’Institut de Journalisme Bordeaux Montaigne.

Le travail de rédaction de contenus se poursuit et s’accompagne d’une typologie pour catégoriser les contenus afin de définir un code couleur plus facile pour l’usager de COSMA Algo J. Plus d’une centaine de fiches a déjà été produite.

Le dispositif est déjà fonctionnel mais nous le livrerons d’ici quelques mois dans une première version.

Nous donnons quelques aperçus dans les captures d’écran ci-dessous.

Cosma permet de visualiser une galaxie de contenus et ses relations sous forme de graphes. Il est possible de définir une typologie des contenus et de leur assigner des couleurs déterminées. Les liens peuvent être également définis de façon graphique si on veut préciser leur nature.

COSMA ALGO J. Vue graphe

Le but est d’avoir une lecture latérale de la fiche et de bénéficier du graphe pour situer le concept ou l’élément décrit dans un ensemble plus grand. L’intégralité des fiches est également consultable dans la barre latérale droite avec un index alphabétique.

Vue fiche et graphe

La fiche permet de rebondir sur les liens et les rétroliens. Les liens correspondent à tous les éléments hypertextuels mentionnés dans le texte de la fiche, tandis que les rétroliens mentionnent toutes les fiches qui renvoient à la fiche consultée. COSMA repose ainsi sur les principes hypertextuels conceptualisés par Ted Nelson. A noter qu’il est possible aussi d’isoler les relations principales en utilisant la fonction focus du graphe.

Vue focale

Les captures d’écran ne permettent pas de se représenter pleinement ce qu’il est possible de faire. Il faudra donc patienter avec une première mise en ligne officielle.

Animated GIF - Find & Share on GIPHY
Cosma Algo J en quelques secondes

Lancement du projet AlgoJ

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement du projet AlgoJ, financé par la Région Aquitaine (2021-2023)

Mené en partenariat avec Sud Ouest et Curieux!, le projet Algo-J entend étudier la place et du rôle des algorithmes numériques dans le secteur de la presse. Il est porté par Rayya Roumanos et Olivier Le Deuff et s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire composée d’Arnaud Schwartz, Florian Tixier, Ugo Verdi et Mohamed Mosbah.     

L’enquête comprend trois visées qui répondent aux multiples enjeux de la présence massive et structurante des algorithmes dans l’écosystème informationnel. Celle, d’abord, d’étudier l’influence de ces actants technologiques sur les écritures journalistiques. Celle, ensuite, de mesurer le niveau d’acculturation des journalistes à la logique algorithmique qui charpente leurs horizons de production de l’information. Et celle, enfin, de mettre en œuvre une méthodologie à mi-chemin entre l’exploration scientifique et l’investigation journalistique pour enquêter sur les algorithmes. 

La phase régionale d’Algo-J est prévue sur deux années et repose sur des partenariats avec des acteurs solidement implantés dans la région Nouvelle-Aquitaine :

  • Le journal Sud Ouest qui offre aux chercheurs la possibilité de développer avec ses journalistes une méthodologie d’enquête sur les algorithmes en vue de publier une plateforme à visée pédagogique
  • L’association NACSTI et Cap Sciences Bordeaux dont le média Curieux !, constituera le terrain d’étude privilégié dans le cadre de cette recherche. 
  • Le Club de la presse de Bordeaux et l’Association des diplômés de l’IUT/IJBA  dont l’implication dans le projet permettra de cibler un large réseau de journalistes indépendants et/ou salariés dans des rédactions de presse écrite, de radio et de télévision. 

Algo-J peut aussi compter sur la collaboration du Clemi et de Reporters Sans frontières, très investis dans les actions de sensibilisation au pouvoir des algorithmes dans le l’écosystème informationnel. 

Les premiers résultats de cette enquête feront l’objet de conférences et des journées d’études courant 2022.